Tom Rook, portrait et intimité des villes

Taipei+gestal+overview
©T.Rook

Tom Rook est artiste. Il est anglais, vit et travaille à Taipei. Il connaît bien la ville. Il faut dire qu’il pratique le territoire Taïwanais depuis plusieurs années. Autodidacte, ses dessins traitent principalement des villes. Via ses oeuvres, il aborde les questions du changement et de la complexité des espaces urbains ou naturels. Ses dessins sont réalisés au crayon, à la plume et à l’encre.

Un intérêt réel pour les environnements urbains, espaces naturels et pour l’histoire des lieux

Tom Rook a toujours été intéressé par les espaces urbains. Jeune, il s’amusait déjà à capturer les paysages urbains et à réaliser des cartes. Aujourd’hui, son intérêt pour les problématiques urbaines, l’environnement et l’architecture se transmet par ses dessins. Élément qui nous a interpellé, le territoire taïwanais a été pour lui un stimulant créatif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Beaucoup de ses dessins représentent des vues obliques, notamment de Taipei. Certains sont datés et proposent une image de la ville à un instant précis. Il est facile d’être absorbé par la quantité des détails présents sur chaque carte. Pour reprendre ses mots, son travail permet de découvrir les lieux et fonctionnent un peu comme un journal.

Dans les dessins de Tom Rook on ne retrouve pas d’habitants, pas de voitures, pas d’enseignes, pas de signalétique. Seuls sont présents des bâtiments, arbres et des infrastructures majeures. Cette représentation de la ville met en lumière des éléments constitutifs et emblématiques. Les densités bâties, les espaces publics ouverts ou encore les formes urbaines apparaissent sous un angle inhabituel.

Un processus créatif qui va au delà de la simple observation

Pour la réalisation des cartes, Tom Rook ne fait pas uniquement appel à ses talents de dessinateur. Il réalise aussi un impressionnant travail de terrain et d’archives. Il lui arrive de parcourir les rues de longues heures, voir de s’installer pour dessiner. A l’aide de photos anciennes, de cartes et d’autres éléments qu’il entrecroise, il reconstitue minutieusement l’espace urbain et nous emmène dans le passé. Ce travail minutieux aussi précis soit-il, nécessite une part d’interprétation et d’imagination.

Ce processus donne une dimension supplémentaire à son travail. Il ne s’arrête pas à une simple reproduction graphique. Il va questionner l’histoire et le développement des espaces urbains. Les espaces urbains ne sont ainsi pas uniquement abordés dans leur rendu visuel ou dans leurs formes architecturales. Pour plus de précisions, nous vous invitons à consulter son blog : Hidden Taïwan. Il y présente parfois en détails ses démarches et ses recherches.

Ce travail nous rappelle que l’espace urbain est avant tout une construction politique. Comprendre une ville nécessite de connaître son histoire, son territoire et la culture locale.

Des oeuvres intemporelles forcées d’évoluer du fait du développement urbain

Chose étonnante, Tom Rook redessine certaines de ses oeuvres. Les espaces urbains sont en constantes mutations. Dans ses créations contemporaines, le dessinateur a donc fait le choix de s’adapter au rythme des villes.

Certains bâtiments, espaces publics ou emprises foncières libres au début d’un dessin peuvent disparaître avant qu’il n’ait pu terminer. Dans d’autres cas, ce sont des chantiers qui ont déjà démarrés et qui obligent l’auteur à anticiper la finalisation du futur bâtiment.

Le dessin prend donc une dimension évolutive et intemporelle.

Hidden Taïwan Map : un trésor d’informations pour les passionnés et les curieux

En parallèle de son travail mais aussi de son blog, Tom Rook a réalisé un travail de géoréférencement intéressant pour tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux territoires concernés.

Hidden map
Hidden Taïwan map

La « Hidden Taiwan Map » indique la position d’éléments d’architectures, de patrimoine ou de pratiques culturelles. Les points d’intérêts sont souvent accompagnés de photos ou de textes. Habitants, touristes ou professionnels, tous peuvent découvrir ou redécouvrir des éléments du quartier qu’ils auraient peut-être manqués.

Dans une époque dans laquelle les villes et sociétés connaissent des mutations rapides, ce partage d’archives est précieux. Plusieurs éléments indiqués sur la carte n’existent d’ailleurs déjà plus, ont été rénovés ou sont condamnés à disparaître.

Face à ces oeuvres, nous pouvons questionner la préservation du patrimoine. Cette pratique exigeante et abordée différemment d’un pays à l’autre, notamment pour des raisons culturelles et économiques. Le droit français est d’ailleurs largement fourni sur ces questions. Ce présente ses avantages et ses défauts.

Le travail de Tom Rook nous permet une certaine prise de recul. Il nous rappelle que les villes taïwanaises auraient pu prendre des chemins différents. Il nous questionne aussi sur le futur. Quel visage auront ces villes dans les 50 prochaines années ?

Les liens vers l’auteur :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s