Ateliers participatifs et terrain vague : Unlimited Cities Muzha

 

Que faire d’un vieux terrain vague ? Dessiner un nouvel espace public peut parfois être simple mais encore faut-il savoir quoi en faire. Les élus locaux n’arrivaient pas réellement à s’entendre sur la transformation de ce site à la jonction de plusieurs limites administratives. Le terrain se situe dans le quartier de Wenshan au sud de Taipei. La compagnie Wisdomfun nous a invité pour tenter de trouver une solution avec les gens du quartier : retour d’expérience.

Unlimited cities, un outil numérique pour favoriser l’intelligence collective

grenoble_mix

Extrait de notre article du 18 janvier 2019 

« Unlimited cities est une démarche d’urbanisme collaboratif dont l’un des objectifs principal est de permettre à n’importe qui de contribuer aux processus de mutation des villes. La démarche est relativement simple à comprendre. Une application web à ouvrir idéalement sur tablette permet aux utilisateurs d’esquisser le futur de lieux à n’importe quelle échelle : rue, place, quartier, etc. A partir d’une photo, il suffit de faire glisser différents éléments et textures présents dans la base de données de l’application et de les ajuster au besoin. L’utilisateur réalise ainsi des mixs qui seront publiés en accès libre sur internet. Il peut ensuite laisser un court message pour insister ou non sur ce qui lui semble essentiel. »

0

Le terrain vague qui était le centre des échanges se trouve à proximité du parc de Jiukang (久康公園) dans le quartier de (文山區). Les élus locaux n’arrivent pas à se mettre réellement d’accord sur son devenir. Il accueillait autrefois des arbres, repères d’oiseaux qui faisaient le bonheur de certains habitants mais le malheur d’autres. Les arbres furent coupés laissant la place à un terrain quasi nu et à certaines tensions. Demander aux habitants leur avis semble finalement une solution pour éviter les échanges politiques.

1

Le terrain vague n’est normalement pas ouvert au public. Son accès est jugé dangereux, notamment parce qu’il longe la route de Muzha (木柵路) dont la circulation est assez dense aux heures de pointe.

2

En apparence pourtant, le terrain n’est pas si mal. Quelques arbres, des potagers entretenus par des voisins qui ont bien raison d’exploiter un site inutilisé, quelques bancs. Mais le site n’a rien de vraiment particulier surtout qu’il est à proximité direct d’un autre parc bien aménagé avec des jeux pour enfants.

3

Du fait de la difficulté des responsables politiques ou professionnels à imaginer des usages potentiels pour le site, Wisdomfun et certains représentants locaux décidèrent de demander directement leurs avis aux premiers concernés : les gens du coin. L’utilisation de la démarche Unlimited Cities apparaissait comme une manière amusante et simple d’ouvrir les discussions.

4

Hormis tout un travail réalisé en amont pour préparer l’application, choisir les images à y insérer et définir les angles de vue, nous avons participé à une journée d’ateliers collaboratifs.

5

La journée a commencé simplement par une visite et des discussions sur le site. De cette façon, tous les participants peuvent se projeter, découvrir un site auquel ils n’ont peut-être pas eu accès et commencer à discuter.

6

La manière la plus simple pour inviter les participants reste de s’appuyer sur ce qui existe déjà dans le quartier : lieux associatifs, sportifs, administratifs, jardins partagés, etc. Pour éviter l’ennui des ateliers d’urbanistes, les activités doivent être conviviales. L’accueil doit aussi être chaleureux.

7

La journée d’ateliers s’est déroulée dans une maison appartenant au gouvernement local juste en face du terrain vague et avec une vue directe sur ce dernier.

8

Les participants se sont organisés par groupes, chacun avec des tablettes louées pour l’occasion. Pas besoin d’un gros dispositif technique, seule la qualité de la connexion internet est à prendre en compte. Dans le pire des cas, il suffit de se connecter via la 4G des téléphones portables.

9

Les ateliers se sont déroulés sur une journée entière. Encore une fois, c’est dans des temps conviviaux comme celui du repas que les discussions peuvent parfois être les plus intéressantes et enrichissantes.

10

L’usage de l’application est plus simple lorsque des médiateurs ont été formés au préalable. Ils peuvent ainsi réorienter les discussions, prendre des notes ou briser la glace au début de l’utilisation de l’application. Le fait d’avoir des âges différents au sein des groupes est aussi intéressant. Cela peut tendre à diversifier les points de vue.

11

Chaque groupe avait pour but de réaliser un ou plusieurs design par point de vue et d’ajouter des commentaires. Les réalisations étaient collectives et donc décidées ensemble par petit groupe. C’est en partie ce qui explique le nombre plus limité de réalisations. C’est un élément à prendre en compte. Les échanges sont plus riches mais les réalisations moins nombreuses. Le compte rendu de la journée de travail est donc à envisager différemment.

12

Chaque groupe était invité à présenter son travail devant le reste des participants. Les points de vue des participants étaient ainsi argumentés et débattus.

13

Il n’y a pas d’âge pour avoir un avis et pour l’exprimer. C’est d’ailleurs d’enfants et de parents que sont venues certaines des idées les plus intéressantes. Il manque par exemple dans le quartier une chose que personne n’avait vraiment envisagé. De l’espace assez large et sécurisé pour permettre à des enfants à faire du vélo.

15

Certaines personnes se prennent au jeu et délaissent carrément l’application. C’est tant mieux. Ici, un grand-père a fini par prendre son stylo et une feuille de papier pour mettre ses idées en forme.

16

Fin de journée, retour sur le site pour débattre des idées des uns et des autres. Petits et grands laissent marques, idées et messages directement sur le sol et non plus à travers un outil numérique.

17

Il n’y a pas eu assez de réalisations numériques pour envisager d’en sortir des tendances générales. Cependant, les échanges ont permis d’envisager de nombreux usages pour le lieu qui ont été compilé et transmis aux autorités qui les étudient. Nous espérons que le site soit au moins ouvert le temps d’être transformé. Les voisins pourront continuer à faire pousser leurs légumes en attendant et les enfants apprendre à faire du vélo grâce à la dale de béton existante.

18

 

Pour aller plus loin 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s